Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Louis Burton au départ du Vendée Globe 2012 à Paris - Vendee-Globe Challenge / Foxoo
Locales.news relaie vos évènements sur Twitter ! GUIDE   SUIVRE
Ma ville   Mes évènements   Annoncer un évènement
Source : #23764 Publié le 28/05/12 | Vues : 157

Louis Burton au départ du Vendée Globe 2012 à Paris / Vendee-Globe Challenge

Paris.

Louis Burton a surgi dans l’univers de la course au large sans crier gare. C’est en dehors du sérail que ce jeune entrepreneur parisien a fait ses premières gammes de marin et, trois transatlantiques en course plus tard, le voici à la tête du projet de Bureau Vallée pour le prochain Vendée Globe dont, à 27 ans, il sera le benjamin.







De Paris aux Sables d’Olonne
Il y a du Titi parisien chez Louis Burton, un petit côté Zazou ou Dandy, c’est selon, mais qu’on ne s’y trompe pas, cette nonchalance et cette élégance cachent une pugnacité à tous crins. Pour preuve, sur la Route du Rhum en 2010 alors qu’il n’avait que 25 ans, après une collision avec un chalutier au beau milieu de l’Atlantique, Louis continue sa course à la barre de son Class40 blessé jusqu’à Pointe-à-Pitre. C’était sa première course transatlantique, ça l’était aussi pour son partenaire, Bureau Vallée déjà aux côtés du jeune skipper. L’expérience n’a manifestement pas guéri Louis Burton de son rêve d’océan et d’aventure. Il veut aller plus loin, plus vite, plus fort et intègre la Classe Imoca, la reine des monocoques, en naviguant sur l’ancien Delta Dore de Jérémie Beyou.



Objectif, le Vendée Globe 2012, rien que ça… Il fait ses armes sur la Transat Jacques Vabre 2011 et c’est son frère, Nelson, qui sera son binôme. Même voix, même look et seulement quelques mois d’écart, ils sont les cadets de l’épreuve. La course est rude, tandis que des cadors de la série sont contraints à l’abandon, le duo Burton poursuit son petit bonhomme de chemin jusqu’au Costa Rica, figurant même dans le podium de la flotte plusieurs jours durant. C’est en solitaire, sur la transat BtoB que le skipper de Bureau Vallée rejoindra l’Europe. Arrivé à Lorient, Louis empoche son sésame pour le Vendée Globe.

Un pas après l’autre
Commence alors la préparation de cet « Everest de la voile », le tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. De ces épreuves qui font dire à Michel Desjoyeaux, le double vainqueur du Vendée Globe et le plus titré des skippers, « qu’une course se gagne d’abord à terre ». Louis Burton est chef d’entreprise à Paris, malgré sa jeunesse, s’organiser, gérer des plannings serrés, avaler des kilomètres, il connaît. Et c’est fort de cette double casquette qu’il crée la première base de course au large à Saint Malo, BG Race, son ambition étant d’accueillir d’autres projets que le sien au sein d’une infrastructure flambant neuf. On ne se refait pas. Une équipe restreinte et soudée rejoint Louis pour l’accompagner sur son projet, le socle de cette équipe est familial, rapproché.

Louis Burton est un affectif. Depuis le retour de la Transat Jacques Vabre, le 60 pieds Imoca Bureau Vallée est entré en chantier à Saint Malo. Après de profondes améliorations, il sera remis à l’eau fin juin. Outre une nouvelle décoration, le monocoque a beaucoup gagné en poids, plus léger, il est également plus ergonomique, sa quille et ses voiles sont neuves et son mât amélioré.

La fidélité de Bureau Vallée
Bureau Vallée est le partenaire principal de Louis Burton depuis trois ans. L’engagement de cette entreprise d’équipement de bureau en pleine expansion qui compte 200 magasins et en totalisera 230 à la fin de l’année a été déterminant pour la poursuite de l’aventure de Louis. Outre le partage des valeurs que sont le développement durable et responsable, c’est aussi une authentique démarche de qualité qui anime Bruno Peyrolles, le PDG de Bureau Vallée. Référencés parmi les moins chers du marché, ils ne sont pas hard discounters et ne vendent que des grandes marques de bureautique et papeterie.

Partenariat raisonnable donc, mais aussi rencontre humaine entre deux hommes qui ont en commun le respect de la nature et la passion pour la mer. Enfin, Bruno Peyrolles n’a naturellement pas été insensible à la « méthode » Burton, proche de la sienne, celle qui consiste à mettre toute son énergie pour atteindre son objectif en s’entourant de ses proches. Convaincu, Bruno Peyrolles a su à son tour fédérer ses fournisseurs et ainsi, entraîner Bic, Exacompta et Fellowes dans l’aventure.


Paris, 75

En savoir plus
Partager :
Facebook