Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Vendée Globe : Duel pacifique - Vendee-Globe Challenge / Foxoo
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus FERMER
Actualité locale     Actualité nationale     Annoncer un évènement
Sélectionnez votre département
Vos évènements annoncés sur Foxoo, relayés sur Twitter !  
Source : #25107 > Afficher son tableau Foxoo

Partagez  Facebook Google LinkedIn StumbleUpon StumbleUpon Email
Publié le 21/12/12 | Vues : 133


Vendée Globe : Duel pacifique / Vendee-Globe Challenge


Le combat de coqs continue ! François Gabart (MACIF) et Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) ne se quittent pas d'une étrave. C'est le skipper de MACIF qui a très légèrement repris l'avantage ce matin. Pour combien de temps ? Derrière, la chasse s'organise dans le sillage de Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3) pendant que le reste de la flotte file avec plus ou moins de bonheur vers l'est.


© / Vendée Globe

Encore une journée à plus de 400 milles pour Armel le Cléac'h et François Gabart, qui continuent à creuser l'écart avec le reste de la flotte dans leur magnifique joute planétaire. Quel spectacle nous offre ces deux immenses marins ! Leader hier, dauphin ce matin, le skipper de Banque Populaire est à moins de 3 milles dans le sillage de MACIF. La nuit a pourtant sûrement été plus difficile qu'il n'y paraît, dans une mer toujours levée par la remontée des fonds marins dans cette zone de navigation. Dans un flux d'ouest de 20 noeuds, passant au nord-ouest puis revenant à l'ouest, l'inséparable duo a empanné ce matin aux alentours de 3 h pour prendre la direction de la porte de Nouvelle-Zélande, distante de 125 milles. Placée sur l'antiméridien, le début de la sixième porte des glaces devrait être atteint aux alentours de 12h30, juste au moment du live du Vendée Globe. Les skippers vivront ainsi deux fois la même journée...un luxe inespéré en ce jour de fin du monde ! A un peu plus de 600 milles maintenant, Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3), toujours troisième perd encore un peu de terrain en incurvant sa route vers le nord. Mais le skipper niçois, installé dans un flux de nord ouest de 20 noeuds devrait bientôt voir le vent forcir aux alentours des 30 noeuds, toujours dans la même direction. Une accélération prochaine qui sera bienvenue pour contenir les ardeurs de ses deux poursuivants. Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), passé 4ème dans la nuit au dépend d'Alex Thomson (Hugo Boss) est le plus rapide depuis le dernier classement. Un temps très nord, le duo helvético-anglais est revenu dans le match et se trouve maintenant bien installé dans un flux d'ouest de 20 noeuds à la latitude de Jean-Pierre Dick...pour passer en mode chasse !

Du vent...sauf pour Alessandro
A 210 milles de la porte Est Australie, Jean Le Cam (SynerCiel) va naviguer toute la journée dans un flux d'ouest de 20 noeuds, qui va l'obliger à multiplier les empannages. Le front qui arrive par l'arrière devrait permettre à ses poursuivants Mike Golding (Gamesa), Dominique Wavre (Mirabaud) et maintenant Javier Sanso (Acciona 100 % EcoPowered) de remonter un peu sur son tableau arrière, à partir du milieu de l'après midi. A 2790 milles du leader, Arnaud Boissières (Akena Vérandas) vient de valider la porte Ouest Australie et naviguera toute la journée dans un vent d'ouest de 20 noeuds, passant progressivement au nord-ouest tandis que Bertrand de Broc (Votre Nom autour du Monde avec EDM Projets), à 350 milles de la même porte bénéficiera toute la journée des mêmes conditions météorologiques. Il devra surveiller la belle progression de Tanguy de Lamotte (Initiatives-coeur) qui, bien installé dans un flux d'ouest-sud-ouest de 25 noeuds parvient à s'accrocher, à distance (280 milles), de son tableau arrière. La situation est beaucoup plus difficile pour Alessandro Di Benedetto (Team Plastique). Il s'est fait rattraper par un anticyclone dans la nuit. Ce dernier se déplace en même temps que le skipper vers la porte d'Amsterdam. Heureusement pour Alessandro, cette zone de hautes pressions avance assez vite (plus de 300 milles en 24 h) et devrait lui permettre de bénéficier prochainement d'un bon flux de nord. Reste que l'écart au leader est maintenant de plus de 4450 milles, soit la distance qui sépare les Sables d'Olonne de Rio de Janeiro !